Question de lectrice : Réaliser une bibliothèque à casiers multiples, c’est compliqué ?

Il y a quelques jours, Victoria m’a contactée pour parler de son (joli) projet de bibliothèque basse pour le salon :

« Je comptais faire appel à un menuisier mais je me rends compte que ça n’a pas l’air si compliqué!
Mon mari est bricoleur, il a une perceuse visseuse et moi j’ai le sens pratique et des économies donc pourquoi pas essayer !
Je voudrais réaliser une bibliothèque sur mesure pour mon salon (dimensions environs 2,5m de largeur, sur 1,10m de hauteur et 30 cm de profondeur,  avec des casiers de tailles, hauteurs et largeurs différentes et c’est là que ça se corse!
Vous pensez que c’est pas trop compliqué? »

Croquis bibliothèque

Chère Victoria,

Votre projet est tout à fait réalisable (et je suis fan du design des amplis Marshall, je suis sûre que votre déco va être top).

Il faut simplement être consciente qu’en tant que bricoleuses et bricoleurs, on n’obtient pas d’aussi beaux détails et d’aussi belles finitions qu’un menuisier ! Par exemple, un menuisier saura vous créer un meuble en bois massif, dans une essence noble, laqué, avec toutes les tranches des casiers arrondies, etc. Bref, un meuble de standing qui sera toujours aussi solide et beau dans 20 ans.

Néanmoins, si un meuble simple vous convient, vous avez plusieurs possibilités, selon le budget et le rendu que vous souhaitez obtenir.

1. Solution rapide à réaliser, mais pas tout à fait sur-mesure

Les meubles à casiers, c’est la mode, et votre profondeur de 30 cm est l’un des standards : on peut donc trouver dans le commerce des casiers de différentes dimensions qu’il vous suffit de juxtaposer à votre guise (et arrimer entre eux, pour la solidité).

Quelques exemples de caissons de rangements de profondeur 30 cm, ici chez Leroy Merlin

Quelques exemples de caissons de rangements de profondeur 30 cm, ici chez Leroy Merlin. Ce type de casiers existe aussi en profondeur 40 cm ou 15 cm, pour varier les profondeurs.

La hauteur de ces casiers est généralement de 1 mètre, donc si vous devez absolument atteindre 1,10 mètres, installez simplement des pieds sous le meuble pour le rehausser.

L’inconvénient de cette solution, c’est que vous restez limitée par les dimensions de casiers proposées.

De plus, le résultat esthétique sera vraiment basique, car vous verrez les planches accolées les unes aux autres, ainsi que les trous permettant de moduler les hauteurs d’étagères à l’intérieur des casiers…

2. Solution sur-mesure, avec du temps et de la minutie !

La première question à vous poser sera quel rendu esthétique vous souhaitez obtenir : cela conditionne le choix du matériau.
_ Le bois est solide et prestigieux, mais cher et nécessite beaucoup de ponçage puis vernissage : pas idéal quand on n’a pas d’atelier.
_ Le MDF est peu cher et facile à assembler mais nécessite ponçage et peinture. D’un côté, le MDF permet d’ajouter des moulures et des arrondis, mais de l’autre, sa peinture risque de souffrir des frottements répétés.
_ L’aggloméré « mélaminé » a de beaux décors et ne demande pas de ponçage, il ne craint pas trop les frottements des objets, mais les tranches des planches sont basiques, sans arrondis.

Vous avez vu dans mes articles précédents que j’ai longtemps été fan du MDF, mais je pense que désormais, pour un meuble de la taille du votre, j’utiliserais l’aggloméré mélaminé pour me simplifier la vie.

La deuxième question à résoudre est liée à vos dimensions : la planche du dessus doit être en un seul tenant, vérifiez donc que le matériau de votre choix est disponible dans une longueur de 2,50 mètres. Ca se trouve sans difficulté, mais ça restreint un peu le choix d’essences ou de coloris. Voici deux exemples, parmi beaucoup d’autres :

Capture d’écran 2015-05-06 à 11.59.50

Source : Leroy Merlin

Capture d’écran 2015-05-06 à 11.56.53

Source : Leroy Merlin

Ensuite, il faudra bien prévoir la façon d’assembler les planches, afin d’être précis dans les calculs et les perçages.

Je vous suggère d’assembler les planches par des tourillons, et de veiller à arrimer toutes les planches à la planche arrière (pour empêcher le meuble d’être branlant à gauche et à droite).

C’est justement la planche arrière qui vous permettra d’assembler les casiers en étant sûre qu’ils sont bien à angle droit : servez-vous-en pour tracer les emplacements puis pour y assembler au fur et à mesure les planches. Pour cette planche arrière, qui déterminera la solidité de tout le meuble, je vous propose donc de prendre un panneau d’un seul tenant (en grande surface de bricolage, le service « découpe »  possède généralement des panneaux de très grande taille, en MDF et en mélaminé blanc, d’épaisseur 15mm, qu’ils peuvent vous couper à vos dimensions).

Pour l'ordre d'assemblage, je vous conseille de commencer par les planches rouges, puis les autres planches intérieures, et de terminer par les 4 planches externes roses. Pour une belle finition, faites en sorte que ces 4 planches externes recouvrent la planche arrière gris clair.

Pour l’ordre d’assemblage, je vous conseille de commencer par les planches rouges, puis les autres planches intérieures, et de terminer par les 4 planches externes roses. Pour une belle finition, faites en sorte que ces 4 planches externes recouvrent la planche arrière gris clair.

Un exemple de panneau de très grande taille pour la planche arrière

Un exemple de panneau de très grande taille pour la planche arrière. Source : Leroy Merlin

Une erreur de calcul fréquente est de ne pas compter l’épaisseur des planches. Dans votre cas par exemple, pour obtenir un meuble de profondeur 30 cm, faites bien la différence entre :

_ les 4 planches externes (en rose sur le schéma ci-dessous), qui seront de largeur 30 cm
_ toutes les autres planches des casiers, qui seront un peu moins larges pour tenir compte de la présence de la planche arrière (gris clair)

Je vous suggère également de ne pas tout découper ou tout percer d’un coup. En effet, il y a toujours des imprévus (on s’est un peu trompé dans le calcul, un petit décalage est apparu, etc.) : ils sont beaucoup plus faciles à résoudre si la planche n’est pas encore coupée ou si le trou de tourillon n’est pas encore percé.

Une fois que vous aurez terminé l’assemblage temporaire du meuble, vous pourrez sereinement le démonter puis le remonter en ajoutant des points de colle au niveau des tourillons.

Ca représente donc un certain temps de travail ! (Je prévoirais 2 jours pleins, à deux, pour l’assemblage) Mais quelle satisfaction à la fin !

Et toi, tu as d’autres conseils pour Victoria ? 
Tu as des questions pour un projet de meuble : écris-moi à contact@appartementmalin.com, j’aurai peut-être des réponses !

2 réflexions au sujet de « Question de lectrice : Réaliser une bibliothèque à casiers multiples, c’est compliqué ? »

  1. Moi, je prendrais simplement des bibliothèques BILLY du grand suédois IK**
    H 106 x P 28 cm x largeur 80 ou 40 cm.
    Je trouve çà plus pratique que des casiers car on peut faire évoluer les hauteurs des tablettes comme on veut.
    Les matériaux sont assez variés. Si on est créatif on peut les customiser sans grand risque tant elles sont bon marché.

    • Merci Pascale, c’est effectivement une excellente solution rapidité/mini-prix ! ( Comme Ikea vend des étagères supplémentaires, facile de les recouper pour créer des montants verticaux) D’ailleurs, le détournement de produits Ikea porte un nom : les « Ikea Hacks », plusieurs sites montrent des détournements très réussis. Mon seul bémol avec cette solution serait qu’on n’obtiendrait pas autant d’asymétrie que sur le projet original, mais après tout, c’est peut-être un compromis qui conviendra à Victoria !

Répondre à Pascale C. Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>